Enter your keyword

post

EXCELLENCE DES APPRENANTS À L’ÉCOLE : COMMENT Y OEUVRER EN TANT QUE PARENT?  (2ÈME PARTIE)

EXCELLENCE DES APPRENANTS À L’ÉCOLE : COMMENT Y OEUVRER EN TANT QUE PARENT? (2ÈME PARTIE)

Oeuvrer à l’excellence des apprenants : le rôle incontournable des parents 

Nous, parents : un rôle incontournable dans la marche vers l’excellence 

Les parents sont les premiers éducateurs et instructeurs de leurs enfants. Parlant d’éducation,  Un enfant est d’abord disposé à être initié à la société et ce sont les parents (au sens large)qui l’ initient en lui transmettant des valeurs qu’il assimile, tel un programme informatique qui et qui le gouverneront sa vie durant. Chez le parent la frontière entre l’éducation et l’instruction sera plus ou moins tenue; ces deux missions s’influencent l’une l’autre, de tout temps. Par exemple si votre enfant obtient de bon résultats à l’école, c’est certainement grâce à son niveau d’instruction, mais s’il est méticuleux dans les études ce sera d’abord grâce à son éducation. L’éducation , facteur important de la marche vers l’excellence , se fera par la théorie mais surtout par l’exemple. Souvent, L’enfant sera plutôt porté à suivre l’exemple des parents qu’à mettre en pratique une théorie trop abstraite qu’ils lui dictent. C’est pourquoi il urge que les parents s’astreignent eux-mêmes à un programme éducationnel visant dejà l’excellence. Voici quelques lignes qui pourraient vous aider en tant que parent.

1. Un temps maîtrisé 

Les temps doivent être rigoureusement prédéfinis, sans pour autant étouffer l’enfant. Les heures du coucher, du réveil, de l’alimentation, des loisirs, le temps que l’enfant consacre à ses parents pour mieux les connaître ou pour certaines tâches, le temps libre de l’enfant dont il dispose à son gré pourraient être définis. Si cette réglementation des temps est respectée par les parents, l’enfant suivra naturellement. Et son esprit prendra le pli de la rigueur temporelle dans le travail. Il faut en outre un ordre et une hiérarchisation dans les tâches à accomplir. Les horaires consacrés à la télévision et aux autres distractions doivent être fixés et séparés de façon étanche des horaires de travail.  

2. Un espace de travail adéquat 

Il revient aussi aux parents de réserver un espace austère, de par son silence, pour les études de l’enfant. Les travaux sollicitant l’esprit et la concentration se font mieux dans le silence. Le lieux de travail ne doivent pas être encombrés d’outils de distraction. Par exemple, mettre un smartphone sur la table d’étude sous prétexte qu’on veut chronometrer son travail est une attitude “vicieuse” qui expose l’apprenant à la tentation de distraction.

3. Un encadreur à la maison? Oui.

Il serait bien que l’enfant aie un Maître d’études à la maison. Ce dernier approfondira avec lui, les cours sommairement expliqués en classe. Le maître d’études pourrait même être en avance sur le programme scolaire avec son élève, de sorte que par la répétition et l’accoutumance l’enfant ait une maîtrise certaine de la connaissance qu’on lui transmet. L’enfant sera heureux d’en savoir autant que son professeur à l’école. Le regard admirateur des autres élèves aidant, il se mettra résolument au travail, du fait qu’il a une réputation à tenir. Celle du meilleur élève. Il deviendra son propre concurrent. L’excellence est un plat, qui une fois qu’on y a goûté, nourrit en soi l’envie de la réaliser tout le temps. Le rôle des parents est très important dans ce projet d’excellence en tant que premier et véritable éducateur, irremplaçable des enfants.

4. Barrer la voie au manque.

Il est important que les parents pourvoient aux besoins de l’enfant dans tous les domaines, entre autres, surtout le domaine de la scolarité. Cela est impératif pour la vigueur du moral de l’enfant et sa motivation au travail. Par exemple : s’acquitter des frais de scolarité à tant de sorte que l’enfant ne soit pas renvoyé des cours par l’administration. 

5. Être attentif et attentionné

Le contrôle du progrès académique de l’enfant ne devrait pas se faire uniquement via la réception de son bulletin scolaire. Il doit aussi être intemporel : il est de l’avantage des parents de tisser de relations de proximité avec le personnel enseignants et administratif de l’établissement que fréquente son enfant. Ainsi, en tant que parent vous pourriez avoir des informations en temps réel concernant les forces et faiblesses (les matières dans lesquelles ils ont besoin d’être renforcés; leurs défauts comme par exemple, arrivent – ils à se concentrer en classe?) en vue de les combler le plus tôt possible. Il est en outre assez claire que vous  ne pouvez transformer les faiblesses de vos enfants sans consacrer des moments d’échanges verbaux avec eux, en vue de faire d’eux – mêmes, des acteurs de leur propre changement. Sans tomber dans le rôle d’un questionneur agaçant, vous pourriez avec tact, obtenir de vos enfants des informations sur leurs fréquentations, leurs rapports au personnel enseignant et administratif, leurs ambitions et leurs visions du monde. Il est aussi des enfants curieux et bavards posant des questions sans répit à leurs parents. Dans ce cas, il ne faut surtout pas les rabrouer. Mais profiter de cette opportunité pour être plus proche d’eux en gagnant leurs confiance. Ceci est très important, car le manque de confiance ne favorise pas une franche communication. S’assurer du fait que l’enfant a compris ses devoirs et qu’il les traite convenablement est l’un des attributs des parents. Vous pourriez dégager un bout de temps de votre agenda  à consacrer à cet exercice , et surtout éviter de penser comme nos parents “ moi j’ai fini d’étudier, vous (les enfants ) n’allez pas me punir en m’obligeant à étudier encore avec vous” . Être proche des enfants quand ils font face à leurs études, renforce leur amour pour vous. Vous ne le sentirez pas aujourd’hui , mais plus tard oui. Ils n’hésiteront pas à être reconnaissants au fond d’eux. Personnellement , je le suis vis à vis de mes parents… Si le temps venait à vous manquer et s’ils n’ont que très peu de connaissances de ce dont traitent leurs devoir, il est salutaire de s’en remettre à un enseignant de maison qualifié qui saura s’y prendre avec succès. 

NB : L’enseignant de maison ne saurait remplacer les parents. Ils sont complémentaires.

6. Aux parents l’affectif et à l’enseignant de maison

Généralement quand les parents affectueux et protecteurs endossent le rôle d’instructeur donc Parent – enseignant, vis-à-vis de leurs enfants, les rapports parents / enfants sont mis à rude épreuve. Il arrive souvent que le parent-enseignant se fasse compatissant et cette complaisance nuit à l’instruction de l’enfant qui sait en tirer profit. Petit à petit, l’apprenant apprend à manipuler son parent, à jouer sur les cordes qui déclenchent la compassion de ce dernier. D’un autre côté quand le parent reste intransigeant; de marbre lors des séances de travail avec de l’enfant, ce dernier finit par le détester. Et cela pourrait être source de tensions. C’est pourquoi, il est bénéfique de laisser cette tâche à l’enseignant de maison qui saura s’y prendre. En effet, l’enseignant de maison est austère par nature car il instruit par la raison. Au besoin, il arrive que l’enseignant de maison se montre sévère. Ce qui n’est pas de nature à plaire aux enfants. Mais ces derniers sont contraints de se mettre au pas, n’ayant pas une relation affective très développée avec l’enseignant et encore moins l’occasion de pouvoir se venger de lui. 

7. Un environnement harmonieux, très important

Il est un fait que la cohabitation peut susciter des disputes. Mais ne laissez jamais vos humeurs mettre en péril, vos efforts concernant la marche vers l’excellence académique de vos enfants 

En tant que parents vous devez garantir à l’enfant  un environnement exempte de disputes et de prises de têtes inutiles. Le cadre doit être celui de l’amour, de la compréhension, de la compensation et du respect mutuel. Il est important que les parents traitent l’enfant comme un adulte en qui ils ont confiance. Non pas comme un enfant inconscient. Il leur revient de le mettre en face de ses responsabilités et de l’encourager à y faire face résolument. Aussi, les parents doivent faire des compliments à l’enfant. Ça ne coûte rien. Surtout, il pourrait être très destructeur de se livrer à des scènes de ménage devant l’enfant.

Du reste, le respect des règles que les parents et les enfants se sont prescrites de commun accord est liberté. Une liberté de laquelle émane l’excellence. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.